Avec le rythme de la rentrée, le temps du repas se retrouve parfois réduit et on fait appel à la pause « casse-croûte ». Mes conseils généraux sont les suivants :

– Prenez le temps de vous laver les mains,
– Veillez à mâcher votre sandwich sans rien faire d’autres, c’est votre estomac qui vous dit merci
Pour choisir son sandwich il ne faut pas oublier l’objectif de ce repas à savoir « être efficace » :
– facile à manger (ne pas se tâcher),
– nourrissant en un temps record (faire le plein d’essence),
– être bon au goût (chacun le sien),

Le piège classique : l’absence ou l’insuffisance du petit déjeuner occasionne une faim urgente et encourage l’achat d’un ou deux desserts (comme des viennoiseries, tartes, muffins…) avec une boisson sucrée. Comme le temps est compté, le fait d’avaler tout cela extrêmement rapidement, diminue hélas le plaisir gustatif. On a par contre, un apport élevé en matières grasses ce qui ralentit la digestion déjà malmenée par un défaut de mastication… Pensez à compléter au repas suivant par des aliments absents ou en quantités mineures dans le sandwich : je veux citer les végétaux (légume, fruit) et les protéines (viande, poisson) en particulier. Je vous propose l’exemple d’un menu sur une journée :
6h30
Café
pain beurré à la confiture de mirabelles
yaourt à la vanille

12h
sandwich thon mayonnaise ou salami
pomme
eau

15h30
thé vert
fruits secs et chocolat

19h30
poireaux vinaigrette
2 filets de maquereaux poêlés à l’huile d’olive et citron
riz à la tomate
fromage
poire
pain et eau selon appétit