Les besoins nutritionnels sont variables tout au long de notre vie. Ils dépendent de l’âge, du sexe, de l’activité physique et de l’état de santé.

Nous avons tous reçu à la naissance des sensations ou signaux, qui nous permettent de répondre justement à notre besoin énergétique. La sensation de faim (il faut que je me nourrisse) et la sensation de satiété (c’est bon je peux m’arrêter « le plein d’essence » est fait).

L’observation des habitudes alimentaires de l’Homme sur l’échelle planétaire, nous montre que le répertoire alimentaire possible est très large mais considérablement réduit par notre éducation, notre environnement, notre culture, notre religion…

Le répertoire alimentaire de chacun révèle notre identité. Chacun doit être libre de manger ce qui lui convient que ce soit au niveau gustatif ou au niveau idéologique. Trouver son équilibre alimentaire dans la société de consommation actuelle n’est pas simple : certains aliments sont sacralisés (par exemple les fruits et légumes), d’autres aliments sont affublés de tous les torts (par exemple le lait)…

Je fais le constat suivant : une partie de la planète souffre de la faim pendant qu’une autre partie souffre de trop de nourriture.

Voici mon point de vue : aucun aliment n’est bon ou mauvais. On peut critiquer certains modes de surproduction qui altèrent la qualité des aliments. Quoi qu’il en soit, c’est un comportement alimentaire, répété et excessif, qui expose à un mauvais état nutritionnel et/ou carences et/ou surpoids et ses conséquences sur notre bien être.

Mon conseil à tous : variez votre alimentation, évitez les produits transformés et prenez le temps de manger. Pour les très gourmands : bougez, dansez, marchez, nagez un peu plus!