Apprendre à se connaître pour bien se nourrir me paraît essentiel.

Reconnaître la sensation de faim et lui donner une réponse juste, sans la confondre avec l’envie de manger par exemple me semble une première étape. On peut se poser la question suivante : combien j’ai faim? avant  d’enfourner automatiquement son plateau de cantine.

Si on craint d’avoir un creux plus tard, mieux vaut le laisser venir et faire un goûter à ce moment précis.

Chez soi, lorsque l’on finit le plat “pour ne pas jeter” c’est se prendre pour la poubelle. On ne va pas jeter mais en faire un reste, pour plus tard.

Pas besoin d’avoir faim pour consommer un bout de chocolat. Le plaisir est essentiel et ne se compte pas comme les calories nécessaires à la survie. La solution : soyez vraiment gourmand et prenez votre temps. Cela veut dire dégustez et gardez en bouche. Une fois avalée, la bouchée ne révèle plus beaucoup de saveurs. Manger devant la télévision ou en travaillant n’est pas propice à la dégustation car on mange vite sans attention, on ne profite pas et l’envie peut devenir insatiable.

Je rappelle que ce ne sont pas les aliments qui font grossir mais une quantité excessive et répétée consommée. Voici un dicton qui tombe à pic :

Il ne fait pas dire tout ce que l’on sait, ni manger tout ce que l’on pourrait manger.